Informations

Qu'est-ce que le noeud d'olive: informations sur le traitement de la maladie du noeud d'olive

Qu'est-ce que le noeud d'olive: informations sur le traitement de la maladie du noeud d'olive


Par: Amy Grant

Les olives sont devenues plus cultivées aux États-Unis ces dernières années en raison de leur popularité croissante, en particulier pour les bienfaits pour la santé de l’huile du fruit. Cette demande croissante et le gonflement de la production qui en résulte ont également entraîné une augmentation de l'incidence du noeud olive. Qu'est-ce que le nœud de l'olive et quelles autres informations sur la maladie du nœud de l'olivier pourraient être utiles dans le traitement du nœud de l'olive? Continuez à lire pour en savoir plus.

Qu'est-ce que Olive Knot?

Noeud olive (Olea europaea) est une maladie causée par l'agent pathogène Pseudomonas savastanoi. Cet agent pathogène est connu sous le nom d'épiphyte. «Epi» vient du grec, qui signifie «sur» tandis que «phyte» signifie «sur la plante». Ainsi, ce pathogène se développe sur l’écorce rugueuse des brindilles plutôt que sur les feuilles de l’olivier.

Comme son nom l'indique, le nœud olive se présente sous forme de galles ou de «nœuds» aux sites d'infection, généralement mais pas toujours, aux nœuds des feuilles. La taille ou d'autres blessures peuvent également ouvrir la plante à l'infection par la bactérie et les dommages causés par le gel augmentent la gravité de la maladie.

Lorsqu'il pleut, les galles suintent de la glu bactérienne infectieuse qui peut être transmise aux plantes non infectées. L'infection se développe au printemps et au début de l'été et produit des galles de ½ à 2 pouces en 10 à 14 jours.

Tous les cultivars d'olive sont sensibles au noeud de l'olivier, mais seules les parties ci-dessus de l'arbre sont affectées. La gravité de l'infection varie d'un cultivar à l'autre, mais les jeunes plants d'un an sont beaucoup plus sensibles que les olives plus âgées.

Informations supplémentaires sur la maladie du nœud de l'olivier

Bien que cette maladie ait été observée dans le monde entier dans les régions oléicoles, l'augmentation de la culture, en particulier dans le nord de la Californie, en a fait une menace plus courante et plus grave.

Le climat doux du nord de la Californie et les précipitations dominantes combinées à des pratiques culturales mécanisées sur de grandes plantations d'oliviers sont devenus la tempête parfaite et ont propulsé la maladie au premier plan comme l'une des maladies les plus coûteuses de l'olivier. Les galles ceinturent et tuent les rameaux atteints, ce qui, à son tour, réduit le rendement et affecte la taille et la qualité des fruits.

Pour l'oléiculteur à la maison, bien que la maladie ne soit pas dommageable sur le plan financier, les galles qui en résultent sont disgracieuses et nuisent à la beauté du paysage. Les bactéries survivent dans les nœuds et se propagent ensuite tout au long de l'année, ce qui rend la lutte contre la maladie des nœuds de l'olivier particulièrement difficile. Alors, comment allez-vous traiter le nœud olive?

Existe-t-il un traitement du nœud d'olive?

Comme mentionné, le contrôle de la maladie du nœud de l'olivier est difficile. Si l'olive a déjà un nœud d'olive, élaguez soigneusement les brindilles et les branches affectées pendant la saison sèche avec des cisailles désinfectées. Désinfectez-les de temps en temps lorsque vous taillez pour atténuer le risque de propagation de l'infection.

Combinez le traitement du nœud d'olive ci-dessus avec une application de bactéricides contenant du cuivre sur les cicatrices foliaires et autres blessures afin de minimiser la possibilité de contamination. Un minimum de deux applications est nécessaire, une à l'automne et une au printemps.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le

En savoir plus sur les oliviers


Oliviers: bosses sur les branches et les tiges

Articles Liés

L'olivier (Olea europaea) est un arbre à feuilles persistantes de longue durée originaire de la Méditerranée. L'arbre est cultivé et chéri par les humains depuis des milliers d'années, grâce à ses drupes comestibles et à son apparence gracieuse. Lorsqu'ils sont cultivés dans les bonnes conditions culturelles, les oliviers sont généralement des arbres robustes et résistants. Les bosses peu attrayantes sur les branches et les tiges d'une olive sont très probablement le résultat d'une maladie bactérienne appelée nœud d'olive, bien que les cochenilles blindées puissent également être à blâmer.


Meilleures pratiques pour les producteurs

Ces meilleures pratiques sont basées sur des recherches californiennes menées par UC Davis, UC Cooperative Extension (UCCE) et UC Agricultural and Natural Resources (ANR).

Ils ont été préparés par le UC Davis Olive Center et G. Steven Sibbett, conseiller agricole émérite de l'UCCE, le Dr Louise Ferguson, spécialiste de la vulgarisation de l'ANR et le Dr Elizabeth Fichtner, conseiller agricole de l'UCCE. Nous recommandons aux producteurs de consulter également les informations de recherche complètes disponibles via l'ANR, y compris le manuel de production d'olive, le manuel de production d'olive biologique et UC IPM en ligne.

Emplacement d'un verger d'oliviers

Il est essentiel d'évaluer le climat avant de planter des olives dans un site particulier:

  • L'hiver. Idéalement, les températures hivernales devraient osciller entre 35 ° F (2 ° C) et 65 ° F (18 ° C). Les températures inférieures au point de congélation causent progressivement plus de dommages aux arbres, à partir de petites lésions de pousses et de branches qui fournissent des points d'entrée pour les bactéries du nœud d'olivier à 23 ° F à 32 ° F (-5 ° C à 0 ° C), de plus grands dommages tissulaires à 14 ° F à 23 ° F (-5 ° C à -10 ° C) et mort de gros membres et d'arbres entiers à des températures inférieures à 14 ° F (-10 ° C).
  • Printemps. La période de développement de la floraison doit être exempte de temps prolongé froid et humide ou chaud et sec. Ces conditions entravent le développement des fleurs, la pollinisation, la fertilisation et la nouaison. Les vagues de froid longues ou soudaines augmentent particulièrement l'impact négatif.
  • L'été. Des étés longs, chauds et secs favorisent le bon développement des fruits. Évitez les zones avec des pluies estivales et une humidité élevée, qui favorisent les maladies fongiques et bactériennes.
  • Tombe. Les températures inférieures à zéro endommagent souvent la qualité de transformation des fruits destinés à la table ou à l'huile. Portez une attention particulière aux zones basses, qui sont particulièrement vulnérables aux températures plus froides. Les pluies d'automne améliorent la taille et la valeur des fruits destinés à la transformation sur table, mais rendent les fruits destinés à la transformation de l'huile plus sensibles aux dommages, à la fermentation et à la moisissure et peuvent contribuer à des émulsions qui entravent l'extraction de l'huile Les pluies à la récolte peuvent également empêcher l'équipement de récolte mécanique d'accéder au verger .

Recherchez l'historique du site. Renseignez-vous sur l’historique des cultures du propriétaire foncier précédent et, le cas échéant, du bureau du commissaire local à l’agriculture. Évitez les sols précédemment plantés de cultures (comme le coton, les cucurbitacées, les aubergines, les poivrons, la pomme de terre ou la tomate) sensibles au champignon verticillium, une maladie transmise par le sol qui tue les oliviers. Les cultivateurs disposent de stratégies limitées de lutte contre la flétrissure verticillienne.

Analysez le profil du sol. Gérées correctement, les olives se comportent bien dans de nombreux sols, même ceux considérés comme de qualité marginale. Les cartes des sols ne fournissent pas suffisamment de détails pour des sites de vergers spécifiques. Utilisez une pelle rétrocaveuse ou une augur et creusez des fosses à des endroits représentatifs du site de plantation. Examinez la condition physique du sol, y compris les couches de texture différente, pour identifier les limites de la pénétration des racines et de l'eau. Les olives ne poussent pas bien dans les sols mal drainés. Les sols les meilleurs et les plus productifs sont ceux non stratifiés, à texture modérément fine d'au moins 4 pi (1,2 m) de profondeur.

Déterminez la chimie du sol. Prélevez un échantillon de sol représentatif du site du verger et soumettez-le à un laboratoire pour analyse. Les meilleurs sols sont ceux modérément acides à modérément alcalins (pH entre 6,5 et 8,5). Un sol au-dessous de pH 5,5 peut avoir une toxicité pour l'aluminium et le manganèse, tandis que le sol au-dessus d'un pH de 8,5 a une structure médiocre et peut avoir une toxicité du sodium. Évitez les sols à haute salinité (≥4 dS / m). Pour éviter les problèmes de pénétration de l'eau dus à une mauvaise structure du sol, évitez les sols avec un pourcentage de sodium échangeable> 4 ou préparez-vous à modifier ces sols pour lessiver un excès de sodium. meq / l) car ces conditions peuvent réduire la productivité à moins d'être corrigées ou gérées avec des amendements de sol nécessitant des dépenses supplémentaires.

Évaluer la disponibilité de l'eau. Bien que les oliviers soient tolérants à la sécheresse, ils pousseront plus vite et produiront plus régulièrement en Californie avec une irrigation supplémentaire. L'eau d'irrigation supplémentaire peut être disponible sous forme d'eau de district d'irrigation (eau de surface) ou de puits de ferme. Les sites desservis uniquement par les districts d'irrigation sont exposés au risque de pénurie d'eau pendant les années de sécheresse. Une eau inadéquate pendant le développement floral peut entraîner une mauvaise nouaison, surtout si des conditions météorologiques défavorables se produisent pendant ou peu de temps après la floraison. Une eau insuffisante pendant la saison de croissance peut limiter la taille des fruits pour les oléiculteurs de table. Choisissez des sites qui peuvent fournir aux oliviers environ trois acres-pieds par an pour les olives de table et deux acres-pieds par an pour les olives à huile, bien que plus d'eau sera nécessaire si l'efficacité de l'irrigation est compromise par des conditions telles que le ruissellement ou un mauvais contrôle des mauvaises herbes.

Évaluez la qualité de l'eau. Connaître la chimie de l'eau du site aidera les producteurs à gérer les risques chimiques et à éviter une utilisation excessive d'engrais qui augmente les coûts d'entretien des vergers, réduit la productivité et pollue potentiellement les sources d'eau. Un excès de sodium dans les approvisionnements en eau se concentre dans le sol, causant des problèmes d'infiltration. Des niveaux élevés d'azote produisent une croissance végétative excessive, ce qui entrave la production de fruits, encourage le développement des ravageurs (par exemple, la cochenille noire) et ajoute des frais de taille supplémentaires. Prélevez un échantillon d'eau et demandez à un laboratoire qualifié d'effectuer une analyse des éléments de ce tableau.

ANALYSE DE L'EAU LIMITE
Acidité / alcalinité (pH) 6.5 – 8.5
Conductivité électrique (ECw) 0.80
Calcium (%) > 1.0
Magnésium (%) > 0.10
Manganèse (ppm) > 20
Zinc (ppm) inconnu
Cuivre (ppm) > 4
Bore (ppm) 14 19 - 150 > 185
Sodium (%) > 0.20
Chlore (%) > 0.50

Évitez d'appliquer des engrais si les niveaux de nutriments dans les tissus foliaires sont adéquats. Une fertilisation excessive augmente les coûts de production, les déséquilibres nutritionnels et la pollution de l'environnement.

La fertigation, l'application d'engrais dissous dans l'eau d'irrigation, est la méthode de fertilisation la plus efficace. La fertigation fournit des nutriments aux zones de plus grande activité et densité racinaire, maximisant l'absorption des nutriments d'un arbre. La fertigation nécessite la propreté et l'entretien du système d'irrigation, car certains engrais peuvent obstruer le système. La fertigation avec certains engrais peut également augmenter la salinité du sol.

Les engrais organiques tels que le compost ou les cultures de couverture présentent des avantages en libérant lentement les éléments nutritifs tout au long de l'année, en développant la structure du sol et en facilitant l'infiltration d'eau, mais peuvent également nécessiter de l'eau supplémentaire (par exemple pour une culture de couverture). Tout engrais peut lessiver les nutriments pendant les périodes froides et pluvieuses (lorsque les arbres n'absorbent pas les nutriments) et permettre le ruissellement de l'azote dans les ressources en eau.

Les ravageurs

Les principaux ravageurs des olives en Californie sont la mouche de l'olivier et la cochenille noire. Pour plus d'informations sur les ravageurs des olives, consultez la rubrique Gestion intégrée des ravageurs UC.

La larve de la mouche de l'olivier, Bactrocera oleae (Gmelin), se nourrissent d'oliviers, entraînant des pertes pour les oléiculteurs de table et conférant potentiellement une saveur défectueuse à l'huile d'olive. La mouche de l'olivier peut être contrôlée mais pas éradiquée en Californie.

Surveillez la mouche de l'olivier avec des pièges collants jaunes contenant une phéromone sexuelle et / ou un appât de carbonate d'ammonium, de bicarbonate d'ammonium ou de phosphate de diammonium ou avec des pièges MacPhail contenant de l'hydrolosate de levure et les mêmes produits chimiques produisant de l'ammoniaque que ceux utilisés avec les pièges collants jaunes.

Contrôlez les populations de mouches de l'olivier en collectant et en détruisant les fruits sur le sol et dans les arbres après la récolte, en utilisant des pulvérisateurs d'appâts et en utilisant des dispositifs «attirer et tuer». Utilisez Danitol tard dans la saison si de fortes infestations apparaissent après l'été. Pour plus d'informations sur la lutte contre la mouche de l'olivier, cliquez ici.

Échelle noire, Saissetia oleae (Olivier), se nourrit de feuilles et de brindilles d'olivier et excrète du miellat sucré qui soutient la croissance de la fumagine, ce qui nuit à la photosynthèse. L'infestation par les écailles noires peut réduire la formation des bourgeons des fruits, entraîner la chute des feuilles et le dépérissement des rameaux et réduire la récolte l'année suivante.

Surveillez les écailles noires en avril en vérifiant la canopée intérieure d'environ 40 arbres par bloc pour les gouttelettes de miellat sur les feuilles, et en mai en vérifiant au moins 10 branches sur 10 arbres par section de 10 acres pour l'échelle adulte. Examinez les 20 pouces terminaux des branches, comptez le nombre d'échelle et calculez la moyenne par branche pour les 10 arbres.

Contrôlez le tartre noir en élaguant les arbres pour ouvrir la canopée au centre des arbres. Les infestations importantes (plus de quatre échelles par branche) sont également traitées avec un insecticide en saison. Voir plus d'informations ici.

Maladies

Les principales maladies de l'olivier en Californie sont le noeud de l'olivier, la tache des feuilles d'olivier («tache du paon») et la flétrissure verticillienne. Pour plus d'informations sur les maladies de l'olivier, voir UC IPM.

Noeud olive, Pseudomonas syringae pv. savastanoi (Smith 1908), est une maladie bactérienne qui produit des galles (nœuds) sur les rameaux et de petites branches au niveau des plaies, même des plaies mineures telles que des cicatrices foliaires. Les fissures dans l'écorce causées par le gel peuvent également entraîner de graves dommages dus au nœud d'olive. Les cultivars sensibles à la congélation (comme le Manzanillo) sont plus sensibles au nœud olive. La maladie peut tuer les jeunes arbres, réduire la productivité des arbres plus matures et produire des arômes désagréables dans les fruits.

L'infection se produit presque toujours avec de l'humidité, en particulier la pluie mais aussi des conditions humides, et peut être transportée par des sécateurs et du matériel de récolte.

Le cuivre a traditionnellement été utilisé pour lutter contre le nœud de l'olivier, mais son efficacité a été irrégulière et décroissante ces dernières années. Des recherches sur la CU sont en cours pour identifier de nouvelles méthodes de contrôle et de nouveaux produits chimiques sont en cours d'enregistrement. Voir plus d'informations ici.

Tache des feuilles d'olivier («Peacock Spot»)

Cette maladie fongique est causée par Spilocea oleaginea (Cast.) Hughes. Les lésions apparaissent le plus souvent sur la surface supérieure des feuilles, commençant par de minuscules taches de suie et progressant vers des taches vertes ou noires, certaines lésions développant un halo jaune, d'où le nom de Peacock Spot. Les feuilles infectées tombent prématurément, affaiblissant le petit bois et réduisant la productivité.

La plupart des infections surviennent pendant la partie la plus froide de l'hiver californien, et il peut s'écouler plusieurs années avant que la maladie entraîne des pertes économiques.

Contrôlez Peacock Spot en pulvérisant un fongicide contenant du cuivre, une fois à la fin de l'automne avant le début des pluies hivernales. Voir plus d'informations ici.

Flétrissement verticillien, Verticillium dahlia Kleb., est un champignon du sol infectant un large éventail de cultures cultivées en Californie, notamment le coton, le melon, le poivron, la pistache, les fruits à noyau et la tomate, ainsi que certaines espèces de mauvaises herbes indigènes. Le champignon persiste dans le sol sous forme de microsclérotes, qui ressemblent à de petits grains de sable. Les feuilles s'effondrent soudainement et meurent sur une ou plusieurs branches peu après le premier temps chaud de l'été, ce qui réduit considérablement la productivité.

Il n'y a pas de méthode de contrôle disponible pour la flétrissure verticillienne. Effectuer une analyse du sol pour les microsclérotes avant d'établir un nouveau verger. Les cultures déjà plantées qui abritent le champignon verticillium flétrissent sont susceptibles de laisser des niveaux élevés de microsclérotes. Voir plus d'informations ici.

Mauvaises herbes

La gestion des mauvaises herbes est essentielle pour accroître la productivité des vergers (en éliminant la concurrence pour l'eau et les nutriments et en augmentant la protection contre le gel, par exemple), en facilitant la récolte, en supprimant les risques d'incendie et en éliminant l'habitat des insectes et des rongeurs nuisibles.

La bonne stratégie de gestion des mauvaises herbes dépend de nombreux facteurs, y compris les espèces de mauvaises herbes, le type de sol, la méthode d'irrigation, le degré de contrôle souhaité et la certification biologique. Les stratégies comprennent le désherbage manuel, le fauchage, le décapage, le paillage, le tissu contre les mauvaises herbes et la pulvérisation d'herbicides de pré-émergence et de post-émergence.

Les bosquets de la vallée de San Joaquin sont presque exclusivement exempts de mauvaises herbes. La plupart des oléiculteurs californiens gèrent les mauvaises herbes en tondant le milieu des rangs et en pulvérisant de l'herbicide sur les rangs d'arbres. La gestion des mauvaises herbes est nettement plus coûteuse dans les vergers biologiques. Commencer la gestion des mauvaises herbes dans les nouveaux vergers pour accélérer la croissance et la productivité des arbres. Voir plus d'informations sur la gestion des mauvaises herbes.

Éclaircissement des fruits

Il peut être nécessaire de réduire la charge de fruits (éclaircissage) pendant les années de récolte abondante pour obtenir une taille d'olive de table adéquate et atténuer les alternances.

L'éclaircie chimique est l'outil d'éclaircissage des fruits le plus utile dont disposent les oléiculteurs de table. L'application après la floraison d'acide naphtalène acétique (ANA) régule la taille des cultures pour améliorer la taille des fruits et se traduit par une meilleure croissance des pousses pour la floraison de retour l'année suivante.

La taille n'est pas idéale comme méthode d'éclaircissage car la taille enlève à la fois les feuilles et les fruits (le rapport feuille / fruit est un facteur important de la taille du fruit). De plus, la taille demande beaucoup de travail. La taille est, cependant, la méthode la plus traditionnelle et est utile lorsque l'éclaircissage chimique des fruits n'est pas pratiqué ou disponible.

L'éclaircie à la main est une méthode efficace, mais elle demande trop de travail pour être pratique pour la plupart des cultivateurs. Lors de l'éclaircissage manuel, portez des gants pour protéger les doigts. Retirez les fruits des arbres avec les deux mains, mais veillez à ne pas endommager ni enlever les feuilles. Émincez les brindilles dont au moins cinq ou six olives peuvent être retirées d'un seul coup. Terminer dans les quatre semaines suivant la pleine floraison.

Taille et récolte

Taillez pour optimiser la productivité des vergers, atténuer le port alterné, faciliter l'élimination efficace des fruits, gérer la taille des cultures, rajeunir la productivité des arbres plus âgés, réduire les ravageurs et les maladies et réduire les dommages causés par les récolteuses mécaniques.

Taillez au printemps et en été après les pluies hivernales, afin de minimiser les maladies telles que le nœud d'olivier, les attaques de ravageurs et la vulnérabilité aux dommages causés par le gel.

La manière dont un arbre est formé et élagué est déterminée par la croissance naturelle de l’olive et son mode de production. Les olives ont une «dominance apicale», où la tige centrale pousse plus fortement que les tiges latérales. La tige apicale, végétative plutôt que fructifère, produit plusieurs bourgeons latéraux qui sont presque exclusivement des bourgeons fructifères. Les deux types de coupes d'élagage, l'épi et l'éclaircissage, produisent un résultat différent avec ce modèle végétatif apical et fructifère latéral:

  • Les coupes de tête diminuent la croissance des pousses apicales en supprimant le bourgeon végétatif apical et peuvent stimuler la croissance végétative latérale latente plus en arrière sur la pousse. Si l'arbre est vigoureux et que les coupes d'épi sont sévères, cette forte réponse pourrait être exclusivement végétative et donc retarder la production de fruits de deux ans au-delà de la taille.
  • Les coupes minces enlèvent une pousse là où elle émerge de la branche, produisant une réponse végétative beaucoup plus faible et permettent plus d'interception de lumière que de coupes de tête.

Des coupes de couverture modérées sur les côtés alternés de l'arbre une année sur deux réduiront la réponse des pousses végétatives et fructifères à produire des cultures annuelles constantes, atténuant ainsi la tendance à l'alternance de portées de nombreux cultivars d'oliviers. Les arbres doivent être surmontés mécaniquement chaque année pour maintenir la taille des arbres et maximiser la production de fruits sur la canopée latérale inférieure (il a été démontré que l'étêtage produisait moins fréquemment de fortes réactions de croissance végétative et une production de fruits irrégulière.)

Récolte à la main.Les vergers récoltés à la main peuvent être aidés avec des outils à main, des râteaux pneumatiques à main, des secoueurs de branches à main et en battant les arbres avec des poteaux.

  • Taillez pour obtenir une forme lobulaire vue de dessus et pour permettre à la lumière de pénétrer dans le tronc afin que la croissance et la fructification ne soient pas limitées à la coque externe.
  • Taillez pour maintenir une hauteur d'arbre sécuritaire en dessous de 18 pieds afin que les moissonneurs n'aient pas à monter trop haut sur des échelles.
  • Taillez les parties non productives de l'arbre, ou pas du tout, pendant les années de récolte légère, pour minimiser les pertes de récolte. La taille peut être plus sévère pendant les années de récolte abondante, mais ne donne pas des fruits plus gros souhaités par les oléiculteurs de table, car la taille des fruits est largement déterminée sur chaque branche par le rapport feuille / fruit.
  • Taillez les arbres matures des vergers traditionnels pendant plusieurs années afin de ne pas réduire considérablement la récolte et de stimuler une croissance excessive sans fructification.
  • Récoltez en faisant glisser une main en coupe et protégée sur une pousse d'olive lors d'une action de traite, en retirant les olives dans un récipient ou sur une bâche. Évitez d'enlever les feuilles pour minimiser le risque de maladie et évitez de marcher sur les olives dans les bâches.

Équipement pour secouer le coffre.

L'équipement de secouage du coffre comprend des moissonneuses-batteuses côte à côte et des secoueurs de coffre à parapluie. Ces récolteuses fonctionnent le plus efficacement lorsque le verger est suffisamment jeune pour que le secouage assure une élimination efficace des fruits. Finalement, l'efficacité de l'agitation du tronc sera réduite à mesure que le tronc s'épaissit, ce qui obligera le producteur à passer à d'autres méthodes de récolte, telles que l'équipement de secouage des membres ou de contact avec la canopée.

  • Dirigez la croissance dans des échafaudages verticaux rigides, qui transmettent efficacement la force de secousse. Couvrez les arbres à pas plus de 12 pieds avec des échafaudages n'ayant pas plus d'un angle de 45 ° par rapport au tronc. Taillez avec une combinaison de couverture mécanique et de garnissage (ou une coupe simple à pignon) avec une taille supplémentaire à la main pour enlever les branches latérales s'étendant des échafaudages à moins d'un angle de 45 °.
  • Diminuez la densité de la canopée avec des coupes d'éclaircissage à la main, car une canopée plus lourde amortira les secousses et réduira l'efficacité de l'enlèvement.
  • Taillez généralement en forme de V avec une lumière visiblement filtrée.
  • Retirez les branches s'étendant latéralement jusqu'au milieu de la rangée, ce qui peut réduire l'efficacité de la moissonneuse-batteuse.
  • Taillez chaque année. Si vous utilisez un sécateur mécanique double face, le programme de taille annuelle peut être tous les deux rangs au milieu tous les deux ans. Si vous utilisez un sécateur mécanique unilatéral, taillez les côtés des rangs d'arbres alternés une année sur deux. Garnir tous les arbres chaque année.

Équipement pour secouer les membres. Équipement pour secouer les membres

  • Taillez pour établir un maximum de cinq branches d'échafaudage droites et bien espacées (plus de cinq branches d'échafaudage augmentent le temps de récolte pour chaque arbre).
  • Diminuez la densité de la canopée avec des coupes éclaircies à la main, car une canopée plus lourde atténuera les secousses et réduira l'efficacité de l'enlèvement.
  • Retirez les branches s'étendant latéralement jusqu'au milieu de la rangée, ce qui peut réduire l'efficacité de la moissonneuse-batteuse.

Équipement en contact avec la verrière. Les récolteuses à contact avec la canopée sont équipées de l'un des deux mécanismes. Certains compressent et agitent la canopée avec une série de barres horizontales appelées tiges d'arc, tandis que d'autres ont une tête avec des rangées verticales de dents rayonnantes qui s'étendent dans la canopée et enlèvent les olives avec un mouvement de fouet horizontal. Les deux méthodes d'enlèvement enlèvent les fruits sur la canopée extérieure plus efficacement que les fruits à l'intérieur, mais, contrairement à l'équipement de secouage du tronc, il n'est pas nécessaire d'amincir la canopée car la force de retrait est appliquée directement à la canopée.

  • Les vergers à très haute densité (SHD) en Californie ont généralement des haies espacées de 5 à 6 pieds dans la rangée et de 12 à 13 pieds entre les rangées. Les vergers à haute densité (HD) avec des haies espacées de 8 à 10 pieds dans la rangée et de 16 à 18 pieds entre les rangées se sont révélés optimaux pour la récolte et le rendement des olives de table de Californie.
  • Former l'arbre dans une canopée verticale et étroite, avec des échafaudages primaires parallèles à la rangée d'arbres et avec des branches plus courtes s'étendant au milieu de la rangée, pour faciliter la production d'un mur continu et plat de fructification.
  • Former les vergers SHD à un espalier dans la rangée. Ceci peut être accompli en attachant à un treillis ou en tissant simplement les branches à travers les fils de treillis lorsqu'ils sont suffisamment rigides. Entraînez les vergers HD à pas plus de 12 pieds de haut après une saison de croissance, 6 pieds de large de la rangée du milieu au milieu de la rangée, avec le bas de la canopée à 4 pieds du sol. La largeur de la canopée dans la rangée sera fonction de l'espacement des arbres dans la rangée.
  • Retirez les branches, ce qui peut réduire l'efficacité de la moissonneuse et endommager l'équipement de récolte, et sera probablement brisée par la moissonneuse.
  • Taillez chaque année. Si vous utilisez un sécateur mécanique double face, le programme de taille annuelle peut être tous les deux rangs au milieu tous les deux ans. Si vous utilisez un sécateur mécanique unilatéral, taillez les côtés des rangs d'arbres alternés une année sur deux. Garnir tous les arbres chaque année.


Le nœud de l'olivier est une maladie bactérienne qui se propage par l'eau et pénètre dans l'arbre par des coupures de taille, des fissures ou des blessures sur l'arbre. Des galles jusqu'à 2 pouces de diamètre apparaissent sur l'arbre. Les galles limitent le mouvement de la nourriture et de l'eau à travers l'arbre, provoquant la famine et la mort de certaines parties de l'arbre. Lorsque les pousses meurent, les feuilles sèchent et tombent de l'arbre. Des applications de bactéricides contenant du cuivre avant les pluies d'automne ou lorsque l'arbre est blessé aideront à prévenir la maladie. Une peinture anti-galle peut être utilisée pour traiter les arbres infectés.

La pourriture des racines se produit dans les sols mal drainés ou excessivement humides. La pourriture est causée par des organismes fongiques vivant dans le sol. Parce que les racines ne nourrissent plus l'arbre, la croissance de l'arbre est ralentie et le feuillage devient clairsemé. Pour vérifier la pourriture des racines, enlevez la terre pour exposer la couronne ou les racines de l'arbre. Grattez environ un ruban d'écorce de 1 pouce. Si le tissu exposé est brun ou noir, la racine est morte. L'arbre mourra très probablement dans un ou deux ans.

Jill Kokemuller écrit depuis 2010, avec des travaux publiés dans le "Daily Gate City". Elle a passé six ans à travailler dans un pensionnat privé, où elle se concentrait sur l'anglais, l'algèbre et la géométrie. Kokemuller est un enseignant suppléant autorisé et détient un baccalauréat ès arts en anglais de l'Université de l'Iowa.


Commentaires sur la maladie

Les sources d'inoculum pour cette maladie sont les rachis, les pousses et les pétioles tués par B. dothidea au cours de la saison de croissance précédente qui restent sur les arbres. Les chancres peuvent également fournir un inoculum pendant aussi longtemps que 6 ans.

L'inoculum du champignon peut également provenir d'autres sources, telles que les cultures pérennes voisines et les plantes indigènes, car l'agent pathogène est capable d'infecter une large gamme de plantes. Les spores de ces sources, qui sont libérées et se propagent pendant ou peu de temps après les pluies, ou déclenchées par l'irrigation par aspersion, provoquent des infections primaires sur les bourgeons végétatifs et fleuris.

Les blessures dues à la taille sont le principal point d'infection, mais d'autres causes de chancres et de nécrose du bois telles que les coups de soleil, les blessures mécaniques et les galles causées par la bactérie du nœud olive Pseudomonas syringae pv. savastanoi, peut également entraîner une infection par B. dothidea. L'agent pathogène est également propagé par les oiseaux et les insectes hémiptères.

B. dothidea peut provoquer des infections latentes sur les bourgeons, les feuilles et les fruits. La plage de température optimale où se développent les symptômes de la maladie se situe entre 80 ° et 86 ° F. La maladie peut devenir très grave de la fin du printemps à l'été lorsque les températures et l'humidité relative dans les oliveraies sont élevées.

Parce que les chancres causés par le genre Botryosphaeria peut coloniser le tissu vasculaire très rapidement, il est essentiel de bien gérer la maladie.


Adam DB, Pugsley AT (1934) Maladies bactériennes à Victoria. Journal de l'agriculture, Victoria 32, 304–311, 323.

Baratta B, Di Marco L (1981) Contrôle des attaques de nœuds de l'olivier sur le cultivar Nocellara del Belice. Informatore Fitopatologico 31, 115–116 [résumé en anglais].

Benjama A, Walali L, Jananti L, Moukhli A (1987) Réaction sur le terrain de différentes variétés d'olive (Olea europaea L.) à la maladie du nœud de l'olivier causée par Pseudomonas syringae pv. savastanoi (E.F Smith) Stevens. Troisième groupe de travail international sur Pseudomonas syringae pathovars. Lisbonne, Portugal, 1–4 septembre 1987. pp. 41–52.

Bradbury JF (1986) «Guide to plant pathogenic bacterogenic». (Wallingford, Royaume-Uni: CAB International)

Braithwaite M, Alexander BJR, Young JM, Ganev S (1999) Maladie du nœud de l'olivier en Nouvelle-Zélande. Dans «Proceedings of the 12th Australasian Plant Pathology Society Conference». Canberra, 1999. (Ed. L. Morin) p. 157. (Groupe de communication Arawang: Canberra)

Caponero A, Contesini AM, Iacobellis NS (1995) Diversité de la population de Pseudomonas syringae subsp. savastanoi sur olive et laurier-rose. Pathologie végétale 44, 848–855.

Cartes de répartition CMI des maladies des plantes (1987) Pseudomonas syringae pv. savastanoi (E.F. Smith) Young, Dye et Wilkie. Carte 135 éd. 4. (Bureaux agricoles du Commonwealth, Kew, Angleterre)

Dye DW (1956) Noeud de laurier-rose (Pseudomonas savastanoi (Erw. Smith) Stevens). Journal néo-zélandais de la science et de la technologie 38A, 406–411.

Ercolani GL (1970) Presenza epifitica di Pseudomonas savastanoi (E. F. Smith) Stevens sull’olivo, dans les Pouilles. Phytopathologia Mediterranea 10, 130–132.

Ercolani GL (1978) Pseudomonas savastanoi et d'autres bactéries colonisant la surface des feuilles d'olivier sur le terrain. Journal de microbiologie générale 109, 245–257.

Gabriel DW (1999) Pourquoi les agents pathogènes sont-ils porteurs de gènes d'avirulence? Pathologie physiologique et moléculaire des plantes 55, 205–214. doi: 10.1006 / PMPP.1999.0230

Gardan L, Bollet C, Abu Ghorrah M, Grimont F, Grimont PAD (1992) Relation ADN parmi les souches pathovar de Pseudomonas syringae subsp. savastanoi Janse (1982) et proposition de Pseudomonas savastanoi sp. nov. Journal international de bactériologie systématique 42, 606–612.

Iacobellis NS (2001) Noeud olive. Dans «Encyclopédie de la pathologie végétale». Vol. 2. (Eds OC Malloy, TD Murray) pp. 713–715. (John Wiley et fils)

Janse JD (1982) Pseudomonas syringae subsp. savastanoi (ex Smith) subsp. nov, nom. rev., la bactérie provoquant des excroissances sur Oléacées et Nerium laurier-rose L. Journal international de bactériologie systématique 32, 166–169.

Janse JD (1991) Discrimination pathovar au sein Pseudomonas syringae subsp. savastanoi en utilisant les acides gras de cellules entières et la pathogénicité comme critères. Microbiologie systématique et appliquée 14, 79–84.

Keen NT (1996) Déterminants bactériens de la pathogénicité et de l'avirulence - un aperçu. Dans «Biologie des interactions plantes-microbes». Actes du 8e Symposium international sur les interactions moléculaires plantes-microbes, Knoxville, 14–19 juillet 1996. (Eds G Stacey B Mullin, PM Gresshoff) pp. 143–152. (Society for Molecular Plant-Microbe Interactions: St Paul, MN)

King EO, Ward MK, Raney DE (1954) Deux milieux simples pour la démonstration de la pyocyanine et de la fluorescine. Le Journal de Laboratoire et de Médecine Clinique 44, 301–307.

Krueger WH, Teviotdale BL, Schroth MN, Metzidakis IT, Voyiatzis DG (1999) Améliorations de la lutte contre la maladie de la nicotine de l'olivier. Actes du 3e Symposium international sur la culture de l'olivier. La Canée, Crète, Grèce, 22-26 septembre 1997, Vol. 2. (Eds IT Metzidakis, DG Voyiatzis). Acta Horticulturae 474, 567–571.

Marcelo A, Fernandes M, Fatima Potes M, Serrano JF (1999) Réactions de certains cultivars de Olea europaea L. aux inoculations expérimentales avec Pseudomonas syringae pv. savastanoi. Actes du troisième Symposium international sur la culture de l'olivier, La Canée, Crète, Grèce, 22-26 septembre 1997, Vol. 2. (Eds IT Metzidakis, DG Voyiatzis). Acta Horticulturae 474, 581–584.

Moffett ML (1983) Bactéries phytopathogènes enregistrées en Australie. Dans «Maladies bactériennes des plantes». (Eds PC Fahy, GJ Persley) pp. 317–336. (Academic Press, Australie)

Mugnai L, Giovannetti L, Ventura S, Surico G (1994) Le groupement des souches de Pseudomonas syringae subsp. savastanoi par empreintes digitales de restriction ADN. Journal de phytopathologie 142, 209–218.

Noble RJ, Hynes HJ, McCleery FC, Birmingham WA (1935). Maladies des plantes enregistrées en Nouvelle-Galles du Sud. Bulletin n ° 46 du ministère de l'Agriculture de la Nouvelle-Galles du Sud.

Osman WA, Tarabeih AM, Michail SH (1980une) Etudes sur la distribution de la maladie du nœud de l'olivier induite Pseudomonas savastanoi en Irak. Journal de l'Agriculture de la Mésopotamie 15, 235–243 [résumé en anglais]

Osman WA, Tarabeih AM, Michail SH (1980b). Études sur la maladie du nœud de l'olivier en Irak en référence à la réponse de différents cultivars. Journal de l'Agriculture de la Mésopotamie 15, 245–261 [résumé en anglais]

Panagopoulos CG (1993) Maladie du nœud de l'olivier en Grèce. Bulletin OEPP Bulletin OEPP. Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des végétaux 23, 417–422.

Ruffaldi GB (1972) Taille de l'olivier. Informatore Agrario 28, 7807–7809 [résumé en anglais]

Sampson PJ, Walker J (1982) «An annotated list of plant disease in Tasmania.» (Department of Agriculture, Tasmania)

Schroth MN, Hildebrand DC, O’Reilly HJ (1968) Odeur désagréable des olives d’arbres atteints de tumeurs à nœuds d’olivier. Phytopathologie 58, 524–525.

Schroth MN, Osgood JW, Miller TD (1973) Quantitative assessment of the effect of the olive knot disease on olive yield and quality. Phytopathology 63, 1064–1065.

Sisto A, Iacobellis NS (1999) Olive knot disease: pathogenic and epidemiological aspects and defence strategies. Olivo and Olio. 2, 32–38 [English abstract]

Sisto A, Cantore P, Iacobellis N (2001) Preliminary results on the response of olive cultivars to artificial inoculation with Pseudomonas syringae subsp. savastanoi. In ‘Proceedings of the 11th Congress of the Mediterranean Phytopathological Union and 3rd Congress of the Sociedade Portuguesa de Fitopatologia’. Evora, Portugal, 17–20 September 2001. pp. 240–242.

Surico G (1977) Histological observations on tumours of olive knot. Phytopathologia Mediterranea 16, 109–125 [English abstract].

Surico G, Iacobellis NS, Sisto A (1985) Studies on the role of indole-3-acetic acid and cytokinins in the formation of knots on olive and oleander plants by Pseudomonas syringae pv. savastanoi. Physiological Plant Pathology 26, 309–320.

Teviotdale BL (1994) Diseases of olive, In ‘Olive production manual’. (Eds L Ferguson, GS Sibbett, GC Martin) p. 107. University of California Publication No. 3353.

Varvaro L, Surico G (1978) Multiplication of Pseudomonas savastanoi (E.F. Smith) Stevensin olive (Olea europaea L.) tissues. Phytopathologia Mediterranea 17, 179–186 [English abstract].

Warcup JH, Talbot PHB (1981) ‘Host-pathogen index of plant diseases in South Australia.’ (Waite Agricultural Research Institute, University of Adelaide)

Young JM (1987) Orchard management and bacterial diseases of stonefruit. New Zealand Journal of Experimental Agriculture 15, 257–266.

Young JM, Triggs CM (1994) Evaluation of determinative tests for pathovars of Pseudomonas syringae van Hall 1902. The Journal of Applied Bacteriology 77, 195–207.


Olive News

Up-To-The-Minute Information Pertaining To The Olive Industry In Northern California.

Friday, October 11, 2019, 8:00 a.m. - 9:30 a.m.

Join your local team of UC Cooperative Extension Farm & IPM Advisors to discuss current pest management and production issues in orchard crops.

Space is limited - please RSVP to Emily Symmes at (530) 538-7201 or [email protected] by October 10th to let us know if you plan to attend.

Sacramento Valley Olive Day

June 18 th , 2019, 9:00 am to noon

131 E. Walker Street Building #4, Orland, CA
(Same plaza as Papa Murphy’s)

9:00am – Laws and Regulations Update
Glenn County Agricultural Commissioner’s Office

9:30am – Updates on Registration Status of New Pesticides for Olives
Dr. Dani Lightle, UCCE Orchards Advisor, Glenn, Butte & Tehama Counties

10:00am – Sustainable Groundwater Management: A Local Update
Lisa Hunter, Water Resource Coordinator, Glenn County Department of Agriculture

10:45am – Olive Oil Commission of California – Commission Update
Marilyn Dolan, Outreach Committee, OOCC

11:15am – Xylella fastidiosa Internationally and Potential Risks to California Olive Industries
Dr. Rodrigo Krugner, Research Entomologist, USDA ARS

1.5 hours of DPR CE Credits (0.5 Laws, 1 Other) requested.

In this issue:

Sacramento Valley Olive Day

July 6 th , 2018, 8:00am to noon

131 E. Walker Street Building #4, Orland, CA
(Same plaza as Papa Murphy’s)

8:30am – Laws and Regulations Update
Samantha Skelly, Glenn County Agricultural Commissioner’s Office

9:00am – Weed Control in Olives
Dr. Mariano Galla, UCCE Weed Science Advisor, Glenn, Butte & Tehama Counties

9:30am – Emerging Olive Diseases and Neofabraea Control Options
Dr. Florent Trouillas, UCCE Plant Pathology Specialist, Kearney Agricultural Research & Extension Center

10:00am – Thoughts on 2018 Bloom: Freeze Damage or Alternate Bearing?
Bill Krueger, UCCE Orchards Advisor Emeritus, Glenn County

10:45am – Current Status of Olive Trade Issues
Dr. Dan Sumner, Director, UC Agricultural Issues Center

11:15am – Olive Knot Research Update
Dr. Jim Adaskaveg, Plant Pathologist, UC Riverside

Mechanical Harvest Field Day

October 8, 9:00 to 11:00

Location: Intersection of MM and 6th, Capay

Interested in seeing the olive trunk shakers in action? Want more information on pruning trees to achieve the greatest harvest efficiency? Swing by between 9 and 11 on October 8, to enjoy some coffee, see the trunk shakers and have your questions answered. Gavin Nielsen with NielsenTechnologies will be on hand to talk about how the mechanical harvester has evolved over the years and how to adapt your orchard for machine harvest.

Togettothemeeting,drive toMMand6th,thenfollowthesandwichboardsigns to thefield location.

  • Olive Quick Decline in Italy is associated with unique strain of Xylella fastidiosa

  • What Values Should Olive Growers Use for Estimating Crop N Removal at Harvest?

  • UC Davis Olive Center: Sensory Evaluation of Olive Oil Certificate Courses

Olive "Quick Decline" in Italy Associated with Pathogen Common in California

Pre-emergence Herbicides for Olive Orchard Weed Control

Additional Resources From the UC Davis Olive Center

Is it the Right Small Business Accounting Software for Your Operation? Join us for an Introductory Interactive Overview of QuickBooks ® Use for Agricultural Enterprises with Plenty of Time for Questions and Answers

Sacramento Valley Olive Day - May 1, 2013

Thank you to Bell Carter Olives, California Olive Ranch, Musco Family Olives, and West Coast Olives for their sponsorship of this event.

Please phone 865-1105 to make your lunch reservation or email [email protected]

1620 Solano Street, Corning

Canopy Shaker Demonstration

Sacramento Valley Olive Day - Wednesday, April 18, 2012

Olive Pest Management Workshops

. Olive Fly Trapping Results for Glenn and Tehama Counties for 2010

Olive Mechanical Harvest Demonstration Meeting

What Can I Do To Size My Fruit - The Million Dollar Question?


Voir la vidéo: Conférence E. TOURNIER-LASSERVE - Accidents vasculaires cérébraux et génétique