Informations

Conophytum

Conophytum


Conophytum (Conophytum) occupe une place particulière dans le règne végétal des plantes succulentes. La plante est également appelée «pierres vivantes». Les conophytums ont reçu un nom si particulier en raison de leur ressemblance extérieure avec les cailloux. La zone de distribution des plantations sauvages de la culture décrite est les coins sud du continent africain, où la succulente est considérée comme un visiteur fréquent des déserts arides.

Description du conophytum

Dans les sources scientifiques, le conophytum appartient aux représentants de la famille Aizov, qui ont deux feuilles fusionnées charnues comme partie moulue. Les limbes des feuilles qui accumulent de l'humidité ressemblent à un cœur ou à une boule grumeleuse. Parfois, le feuillage prend la forme d'un cône tronqué aux bords arrondis. La pousse centrale est basse, située sous terre. Les plantes succulentes de ce genre sont de couleur bleue, verte ou brune. Il y a souvent de légères marbrures sur les feuilles. La couleur unique rend la plante discrète et vous permet de vous cacher parmi les pierres, comme un caméléon.

Le type d'Aizov envisagé est très attractif. Fleurit simultanément avec l'activation des processus végétatifs. Les gros boutons d'un ton riche sont similaires dans leur contour aux fleurs de camomille ou à un entonnoir.

La plante conophytum a un cycle de vie spécifique, qui est associé à une phase de dormance et à une croissance. En règle générale, cela coïncide avec la période de pluies et de sécheresses dans la patrie de la fleur. Les espèces élevées par les éleveurs domestiques sont légèrement en retard ou, au contraire, sont en avance dans le développement de leurs parents. Dans notre région, une croissance intensive de conophytum est observée en hiver. La paix commence au printemps et dure jusqu'en septembre ou octobre.

Les feuilles des «pierres vivantes» sont inhabituellement disposées. Des écailles juteuses apparaissent à l'intérieur de vieilles assiettes, qui protègent d'abord les jeunes. Au fil du temps, les vieilles feuilles se fanent progressivement, les parois s'amincissent.

Soins de Conophytum à domicile

Emplacement et éclairage

De l'air frais et une lumière diffuse doivent être régulièrement fournis dans la pièce. Une surchauffe des feuilles du conophytum est indésirable. Un pot de fleurs avec une fleur est protégé de la lumière directe du soleil. Les rayons sont capables de laisser des brûlures sur les écailles. Les jeunes spécimens sont en grand danger. Les buissons fraîchement plantés doivent s'habituer progressivement à la lumière naturelle et laisser le pot sur le rebord de la fenêtre pendant plusieurs heures chaque jour.

Température

La plante, bien que lentement mais régulièrement, grandit dans une pièce fraîche et sèche à une température de 10 à 18 ° C.

Arrosage

Conophytum est arrosé de la manière inférieure, c.-à-d. à travers la palette, empêchant l'humidité de pénétrer à la surface des limbes des feuilles. La pulvérisation est autorisée pendant les périodes de chaleur extrême. Cependant, il est important de s'assurer qu'aucune goutte d'eau ne s'accumule dans les sinus. L'excès de liquide déposé sur le feuillage peut entraîner la pourriture de la plante.

Le sol

Un substrat meuble et drainé contenant du sable, de l'humus de feuilles et de l'argile est sélectionné - le mélange optimal pour planter une succulente. S'il n'est pas possible d'obtenir des composants appropriés, ils acquièrent un sol prêt à l'emploi. Il n'est pas recommandé d'utiliser de la tourbe et divers substrats avec son ajout.

Top dressing

Le top dressing n'est appliqué qu'occasionnellement. Il suffit de fertiliser la culture 1 à 2 fois par an. L'avantage est donné aux engrais potassiques, où il y a peu d'azote. Lors de la dilution de l'engrais, il est préférable de prendre la moitié de la dose indiquée par le fabricant sur l'emballage. Les plantes qui ont survécu à une courte greffe n'ont pas besoin de nutrition supplémentaire.

Caractéristiques de la greffe

Transférer le buisson de conophytum d'un pot à un autre uniquement lorsque cela est absolument nécessaire. Les spécimens adultes sont transplantés une fois tous les 2 à 4 ans, en attendant la fin de la période de dormance. La saison n'a pas d'importance. Le substrat ne doit pas être humidifié avant la transplantation du conophytum. Les racines extraites sont débarrassées du sol adhérent et lavées doucement sous l'eau. L'atterrissage se fait dans de spacieux pots de fleurs bas, au fond desquels de l'argile expansée ou des cailloux sont coulés. La largeur de la couche de drainage est d'au moins 1,5 cm. Lorsque la procédure est terminée, la plante est arrosée pour la première fois en deux semaines. Jusqu'à ce que le buisson prenne racine, l'engrais ne doit pas être appliqué.

Les plantes succulentes sont parmi les représentants les plus durables de la flore. Dans des conditions favorables, même les animaux domestiques vivent jusqu'à 10-15 ans. Chaque année, la tige s'allonge, ce qui aggrave l'apparence générale.

Période dormante

En cultivant des «pierres vivantes», vous devez vous souvenir du cycle de vie de la culture. Pendant que la plante se repose, l'arrosage est arrêté. L'hydratation du sol reprend avec le début de la croissance des pousses et des racines, lorsque le sommet d'une jeune pousse apparaît à côté de la vieille feuille. En parallèle, des inflorescences se forment. Dans différentes variétés de conophytum, la floraison a lieu en juin, juillet ou août et dure jusqu'à la mi-septembre.

En automne, l'arrosage du conophytum est réduit. La terre n'est humidifiée qu'une fois par semaine. En hiver, il est recommandé d'arroser les "galets" une fois par mois. La quantité d'eau appliquée est augmentée en février ou mars, lorsque le processus de formation de nouvelles feuilles commence.

La couleur tombante et le séchage des anciennes assiettes ne devraient pas inquiéter les propriétaires. Cela arrive à toutes les plantes succulentes.

Méthodes de reproduction du conophytum

Les conophytums se propagent par boutures ou en semant des graines.

Lors de la multiplication par boutures, une feuille avec une tige est coupée et plantée dans le sol pour former des racines. L'arrosage commence trois semaines après la plantation. À ce moment-là, la tige acquerra des racines. Les fleuristes conseillent de garder la bouture à l'extérieur jusqu'à ce qu'elle sèche pendant un jour ou deux. La section de la coupe est frottée avec du soufre colloïdal.

La culture des semences d'une culture est considérée comme plus difficile. Les buissons sont pollinisés de manière croisée. La maturation des petites graines est longue. Il faudra près d'un an pour que les grains mûrissent. Les fruits secs sont récoltés et transférés dans un endroit frais où il n'y a pas de lumière naturelle. Avant le semis, les grains sont trempés pendant quelques heures dans l'eau.

Les semis sont effectués à l'automne, avant le début de la saison de croissance active. Les graines sont étalées sur le sol humidifié et égouttées d'une petite couche de sable. Les conteneurs sont recouverts d'une feuille d'aluminium pour retenir l'humidité. Pour réussir à former de jeunes pousses, le substrat est maintenu humide.

La germination se déroule plus efficacement dans un microclimat frais, en tenant compte de la différence des températures quotidiennes, où pendant la journée la température de l'air est de 17 à 20 ° C et la nuit, elle ne descend pas en dessous de 10 ° C.

Après 2 semaines, le film protecteur est retiré afin que les plantules se développent davantage de manière indépendante. Ils sont conservés au frais, là où l'air entre. La plante forme un cadre tout au long de l'année et fleurit pour la première fois après 1,5 à 2 ans.

Comment planter des conophytums. Version drôle.

Maladies et ravageurs

Conophytum a une forte «immunité» contre diverses maladies, n'a pas peur des parasites. Parfois, le feuillage est infecté par un ver ou un tétranyque. En raison d'un arrosage excessif, la succulente peut mourir. À l'inverse, un manque d'eau, une surchauffe de l'air ou un milieu nutritif rare dans le substrat d'un pot de fleur entraîne un ralentissement de la croissance des plantes.


On m'a présenté la succulente la plus romantique du monde - un conophytum à deux lames. Il ressemble à un cœur et fleurit magnifiquement

Il y a environ un an, on m'a présenté une succulente inhabituelle en forme de cœur. Vue imprenable! Mais il m'a vraiment conquis quand il a fleuri. Les sommets de la plante étaient décorés de fleurs lumineuses ressemblant à des pissenlits qui égayent.


Conophytum bilobum

Les conophytums gagnent en popularité auprès des collectionneurs de super succulentes africaines et, avec Lithops, continuent de faire l'objet de recherches continues dans la nature et de disputes sans fin sur leur taxonomie.

Le matériel le plus volumineux sur la commande des conophytums est présenté par Stephen Hammer (Hammer, Steven A.) dans sa monographie "The Cenus Conophytum - A Conograph" et dans l'édition ultérieure élargie et raffinée intitulée "Dumpling and His Wife: New Views of the Genre Conophytum "(2002). Et si la traduction du nom après le côlon ne fait pas de doute et sonne comme "Nouvelles vues sur le genre Conophytum", alors avant le côlon, c'est difficile si vous ne connaissez pas le penchant de Stephen pour les métaphores et les comparaisons inattendues. "Dampling" de l'anglais. se traduit par «boulette», «pomme au four» ou «shorty» (nain). Ce dernier se rapproche le plus des conophytums, et puis ... Les Anglais ont aussi une expression plaisante: «Tout le monde et sa femme», qui se traduit par «le monde entier, tout sans exception». Par conséquent, Stephen a utilisé cette métaphore dans le titre de son travail, et il devrait être traduit par "Dans le monde des" nains "(" Le monde entier des "nains") Nouvelles vues sur le genre Conophytum ".

La comparaison des conophytums en raison de leur taille avec des nains (courts) n'est pas inventée par Hammer. La priorité à cet égard appartient à A. Haworth (Haworth, Adrian Harde), qui a utilisé le terme «dampling» en 1803 pour décrire Mesembryanthemum obcordellum, qui en 1922, comme de nombreuses espèces naines de mesembriantemums, a été traduit par A.E. Brown (Braun, Nicholas Edward) dans le genre Konofitum créé par lui. Le genre compte environ 100 espèces et, avec leurs sous-espèces, variétés et formes, bien plus encore.


Conophytum bilobum
Photo et plante Elton Roberts (Californie)

Il est frappant de constater que de nos jours, le genre continue de se reconstituer avec de «nouvelles» espèces d'origine et de statut juridique douteux. Mais l'un des conophytums les plus typiques avec un siècle d'histoire et une solide réputation est le Conophytum bilibum décrit en 1906 par Marloth. L'épithète spécifique vient de lat. bi - préfixes indiquant double, apparié et grec. Λoβοξ - lobe, qui correspond à la bifurcation du corps de la plupart des conophytums avec l'âge.


Conophytum bilobum
Plante du jardin botanique du BIN RAS (Saint-Pétersbourg, RF)
Photo par Anna Emelyanova (Odessa, Ukraine)

A partir du «fourrage» de S. Hammer, le C. bilobum «pur» est complété par trois sous-espèces et trois variétés. Les "bilobums" sont des plantes facilement reconnaissables parmi les conophytums. Ils ont les plus grandes fleurs du genre, et leurs paires de feuilles, inséparables à la base, ressemblent à un cylindre. Comme les paires sont très variables en taille, texture, couleur, stries ou taches sur l'épiderme, il est difficile d'identifier l'espèce, d'autant plus que C. bilobum arbuste facilement, n'a pas de tiges, bien que chez les plantes adultes elles puissent apparaître, avec précaution caché par les jeunes pousses.


Conophytum bilobum
Usine et photo d'Ivanova Elena (Kiev)

Les enveloppes des paires de feuilles ont une structure en papier ou coriace et sont jetées à contrecœur pendant la mue des plantes et la formation de paires "nouveau-nées". Les enveloppes sont colorées dans des tons brunâtres et sont couvertes de taches de densité différente de la libération des tanins. La plupart des paires de feuilles sont obovales, aplaties latéralement dans la zone de formation des carènes, dont l'apex est souvent coloré en rouge. La couleur des paires de feuilles elles-mêmes peut être blanchâtre ou vert jaunâtre et, avec un excès d'éclairage, elle acquiert une teinte rose sale ou brunâtre. L'épiderme est brillant ou recouvert de papilles de différentes formes, ce qui le rend velouté. Les papilles ont la plus grande intensité dans la zone de l'écart, qui peut être légèrement ou grande ouverte et bordée de fenêtres gonflées. Les taches sur l'épiderme sont absentes ou forment un motif chaotique. Les fleurs sont généralement jaunes, mais exceptionnellement rosées. Les fruits sont divisés en 4-7 chambres, brunes et boisées avec l'âge. Les graines sont nombreuses, rugueuses, brunes. Les semis conservent leur stade juvénile pendant longtemps et la floraison n'a lieu qu'après 2-3 ans.

Si vous remarquez une erreur, sélectionnez le texte requis et appuyez sur Ctrl + Entrée pour en informer les éditeurs

Commentaires:

Il n'y a pas encore de commentaires, vous pouvez ajouter votre commentaire.
Pour cela, vous devez vous inscrire ou vous connecter.


LAMPES PHYTO

Pour la croissance de toute plante d'intérieur, la lumière du soleil est importante, dont la plante a besoin pour la photosynthèse - le processus par lequel les plantes synthétisent les glucides comme sources d'énergie pour leur croissance. En ce moment: pendant les mois d'hiver, nos plantes ont vraiment besoin d'un éclairage supplémentaire. Beaucoup de gens essaient de compléter l'éclairage des plantes, mais tout de même, les pousses d'hiver restent pâles, minces, il y a une diminution de la surface foliaire et une diminution de la formation de chlorophylle. L'éclairage artificiel n'atteint pas l'intensité de la lumière du jour, les plantes doivent donc être éclairées non seulement avec ce qu'elles sont, mais avec des lampes spéciales.
Dans cet article, je vais essayer de vous parler des phytolampes de manière accessible. Ce qu'ils sont et pourquoi les plantes les aiment plus que les autres sources d'éclairage artificiel.

Tout d'abord, je vais vous parler du besoin de lumière dans les plantes.
Il a été établi expérimentalement que pour l'activité photosynthétique minimale d'une plante, un niveau d'éclairage de seulement 100 lux (lux) est suffisant, mais pour l'assimilation normale du dioxyde de carbone, de l'eau et d'autres substances, un niveau d'au moins 1000 lux est nécessaire. Par une journée d'hiver nuageuse, on peut observer un éclairage de 100 lux sur le rebord sud de la fenêtre, et un éclairage de 1000 lux le même jour dans la rue.
De manière conventionnelle, toutes les plantes d'intérieur peuvent être divisées en trois groupes en fonction de leurs besoins en lumière. Le premier a besoin de la lumière directe du soleil, le second a besoin d'un éclairage diffus et lumineux, le troisième se sent bien à l'ombre partielle. Fondamentalement, toutes nos plantes d'intérieur sont des hôtes de ces latitudes où la lumière du jour est en moyenne de 12 heures par jour, et l'intensité lumineuse ne change pratiquement pas avec le changement de saison et atteint 120 000 lux.

Mais pour le développement normal de la plante en hiver, il suffira de prévoir en plus les modes d'éclairage supplémentaires suivants:
• 1 000 - 3 000 lux - pour les plantes poussant à l'ombre partielle. En règle générale, ces plantes n'ont besoin d'un éclairage artificiel que lorsqu'elles sont placées à une distance considérable des fenêtres.
• 3 000 - 4 000 lux - pour les plantes qui préfèrent la lumière diffuse.
• 4 000 - 6 000 lux - pour les plantes qui préfèrent la lumière directe du soleil.
• 6000 - 12000 lux - pour la culture de plantes exotiques exigeantes, en particulier celles qui fructifient.
Répartissons toutes les plantes selon le mode d'éclairage supplémentaire:

Éclairage recommandé, lx Les plantes
2500-3000 Agave (Agave, Bokarnea, Cordilina, Dracaena) Acanthe (Afelandra, Crossandra, Fittonia, Hypestes, Pachistachis) Araliaceae (Dizigoteca, Fatshedera, Fatsia, Ivy, Poliscias) Aroid (Aglaonema, Alocasia, Dieffenbachiamanisberg) cryptantus, ehmeya) Raisin (ampelopsis, cissus, tetrastigma) stromanthus) Euphorbiaceae (akalifa, codiaeum, euphorbia, jatropha) Fougères mûres (ficus, figues, dorsthénie)
3000-4000 Aizoon (delosperma, lithops, conophytum, faucaria) Begonias Verbenaceae (caryopteris, duranta, clerodendrum, lantana) Saxifrage (saxifrage, tolmia, korokia) Marennaceae (gardénia, ixora, pentasa, tsentasa kastoprosoma, (calceolhodocheabe) , cariota, hovea, livistona, datte) Solanacé (brovallia, brunfelsia, dope, morelle) Poivre (peperomia, poivre) Cycadacées (cicas, zamia) Thé (camélia, cactus) Epiphs (epiphyllum, schlumberger, hatiora, ripsalis)
4000-6000 Amaryllis (amaryllis, clivia, hemantus, hippeastrum) Banane (banane, heliconia, strelitzia) Bignoniae (kampsis, jaccaranda, pandorea, tekoma) Légumineuses (acacia, albicia, cassia, genêt, mimosa) Bruyère (pernettia) grenouille (heather) ceropegia, stapelia, dyschidia) Malvaceae (abutilon, anisodontea, hibiscus, pavonia) Orchidée Pelargonium (pelargonium) Asteraceae (gerbera, chrysanthemum, Mikania) Sterculiae (brachychitron), fremontachitoni
6000 et plus Cactus (sauf épiphytes) Kutrovye (adenium, allamanda, catharanthus, laurier-rose, pachypodium) Olive (olive, jasmin, osmanthus) Myrte (myrte, metrosideros, callistemon, eucalyptus, leptospermum) Nocturne (bougainvilliers) citronniers (fleur de la passion)

Maintenant que nous avons réparti les plantes en groupes, nous allons essayer de les regrouper exactement de telle manière pour l'hiver, afin de choisir pour chaque groupe son propre degré d'illumination supplémentaire. Maintenant, connaissant la surface de notre rebord de fenêtre, nous pourrons calculer le nombre de lampes nécessaire, l'intensité d'éclairage des lampes est inscrite sur leur emballage (LC par m²).
En outre, lors de la supplémentation des plantes, il sera nécessaire de prendre en compte les facteurs suivants:
• Les plantes sont caractérisées par le phototropisme - une réaction à la direction d'incidence de la lumière. La lumière artificielle doit tomber sur les plantes de la même manière que la lumière naturelle - d'en haut, dans ce cas, les plantes n'auront pas à dépenser d'énergie pour changer la position des feuilles comme pour l'éclairage latéral, afin d'obtenir autant de lumière autant que possible, les plantes plieront moins les tiges.
• Les heures de clarté ne doivent pas dépasser 12 heures par jour pour les plantes adultes. Des heures de jour trop longues peuvent perturber le développement des boutons floraux et la plante ne fleurira pas et ne portera pas de fruits.
• Les semis ont besoin d'un éclairage permanent. Dans les premiers jours après la germination, les jeunes plants doivent bénéficier d'un éclairage lumineux 24 heures sur 24. Les jours suivants, les heures de jour sont progressivement réduites, d'abord à 16 heures, puis à 14 heures par jour.
• Le choix de l'éclairage en hiver dépend du régime de température. Les plantes tropicales qui aiment la chaleur hibernent avec une légère diminution de la température et de l'éclairage. Pour les autres plantes, une diminution de l'éclairage n'est autorisée que pendant l'hivernage frais (5-15 degrés C). Dans l'obscurité et le froid (0-5 degrés C), il est permis de ne conserver que les plantes perdant complètement leur feuillage.

Quel genre de lumière les plantes aiment-elles

La région optique du spectre de rayonnement est divisée en ultraviolet, visible et infrarouge. Rayonnement ultraviolet - rayonnement optique dont les longueurs d'onde des composants monochromatiques sont comprises entre 1 et 380 nm. Rayonnement visible (lumière) - rayonnement qui provoque une sensation visuelle lorsqu'il frappe la rétine de l'œil, a des longueurs d'onde des composants monochromatiques dans la plage de 380 à 780 nm.
Le rayonnement infrarouge est un rayonnement optique avec des longueurs d'onde monochromatiques supérieures à 780 nm.
Le rayonnement utile pour les plantes se situe dans le spectre visible. Dans ce cas, la région de 400 à 700 nm est de la plus haute importance.
Dans le domaine spectral, les zones se distinguent en fonction de leur influence sur les processus physiologiques des plantes:
1. Longueur d'onde inférieure à 400 nm - le rayonnement est nocif pour la plupart des plantes.
2. Longueur d'onde 400-510 nm - le deuxième pic de la photosynthèse, de la croissance et des effets de formation.
3. Longueur d'onde 510-700 nm - la zone d'effet photosynthétique maximal (le premier pic de la photosynthèse), synthèse de la chlorophylle, manifestation de l'effet du photopériodisme.
4. Longueur d'onde supérieure à 700 nm - principalement effet tirant sur la tige.

Bien que la région de sensibilité de la photosynthèse coïncide avec la région de sensibilité de l'œil humain, les plantes et les humains "voient" la lumière différemment. L'œil humain est le plus sensible à la lumière jaune-verte. Chez les plantes, le premier pic de la photosynthèse tombe sur la partie orange-rouge du spectre, le second - sur le bleu-bleu et la région jaune-vert ne joue pas de rôle décisif. Cette fonction est utilisée dans les phytolampes spécialisés.


Voir la vidéo: 5 Things You Didnt Know About Succulents-Lithops