Informations

Orchidées, Anatomie des orchidées: tige, fleur, feuilles, racines

Orchidées, Anatomie des orchidées: tige, fleur, feuilles, racines


NOS AMIS ORCHIDÉS

ANATOMIE DES ORCHIDÉES

FLEUR

L'étonnante fleur d'orchidée se compose de six tépales (dans les plantes où il n'y a pas de distinction entre le calice et la corolle, les éléments qui composent la fleur sont appelés tépales). Selon certains chercheurs, il s'agit en fait de trois pétales et de trois sépales (feuilles modifiées).

Le pétale basal joint à une étamine forme le labelle et prend un aspect typique selon les genres tel que:


Ciprypedium: forme de pantoufle


Cymbidium: forme de bateau


Phalaenopsis: forme d'éperon


Cattleya: forme frangée

Cette particularité permet aux insectes pollinisateurs d'identifier l'orchidée. En fait, l'orchidée est l'espèce zoogame par excellence, c'est-à-dire qu'elle dépend exclusivement des insectes (ou autres animaux) pour la pollinisation et cette caractéristique trouve son expression maximale dans cette grande famille.

Lorsque la fleur est en bouton, la lèvre est postérieure lorsqu'elle fleurit, tourne à 180 ° pour que la lèvre à l'extrémité soit en avant. Ce processus est connu sous le nom de résupination et est typique de presque toutes les orchidées. Une exception est le genre Malaxis qui subit une rotation de 360 ​​° pour qu'à la fin le labelle se retrouve en position initiale.

Contrairement à toutes les autres espèces végétales de l'orchidée, les étamines et les pistils, au lieu d'être séparés, sont réunis en une seule structure appelée colonne (ou gymnostemium), au sommet de laquelle il est situé l'anthère qui contient deux organes ovales / arrondis, qui contiennent le pollen rassemblé dans lesdites masses pollinodes. Les pollinodes ont une base adhésive appelée visqueux qui sert à maintenir les pollinodes attachés à l'insecte jusqu'à ce qu'il se pose sur une fleur avec un stigmate suffisamment adhésif pour le retenir et donc provoquer la fécondation.

Sous l'anthère, séparée de la rostellum Tu l'a trouvé stigmate, organe féminin riche en un liquide épais et collant qui a pour fonction de retenir le pollen. Sous la stigmatisation est là'ovaire organe reproducteur féminin qui contient de nombreux ovules dont le capsule (le fruit) qui s'ouvre généralement selon trois fentes qui contiendront de nombreux extraits des graines (quelques centaines de milliers). Les graines sont poudreuses et dépourvues d'endosperme avec un embryon rudimentaire qui a besoin d'une symbiose avec un champignon pour germer (les graines germent très bien si elles sont envahies par les hyphes fongiques du champignon Rhizoctonia ou d'autres appartenant également à des genres supérieurs).

À ce stade, vous autoriserez ma digression personnelle. La nature est extraordinaire et sans aller loin on regarde les orchidées qui pour perpétuer leur espèce ont imaginé une série de mécanismes dignes du plus grand stratège. En effet, les orchidées n'ont pas de pollen aérien, c'est-à-dire du pollen porté par le vent, elles ont recours à une aide extérieure et attirent les papillons, les mouches, les colibris, les abeilles. Ces animaux, attirés par les formes et les couleurs colorées, pénètrent dans leur structure florale complexe et transportent involontairement le pollen d'une fleur à l'autre. Certaines variétés d'orchidées ont des insectes spécifiques comme pollinisateurs pour lesquels elles ont structuré leur fleur "a hoc" pour ce pollinisateur particulier.

Un exemple frappant est l'orchidée Angraecum sesquipedale (photo ci-dessous), qui a une lèvre de plus de 30 cm de long et le nectar se trouve dans la partie finale.

Cette caractéristique a déjà été remarquée par C. Darwin qui a alors émis l'hypothèse de l'existence d'un insecte qui avait un tronc assez long pour pouvoir atteindre le nectar. Le bon Darwin avait raison, en fait plus de quarante ans plus tard on découvrit qu'un sphinx avait la particularité d'avoir une trompe (spirotromba) si longue qu'on l'appelait Xanthopan morganii praedicta ("Predicted") en l'honneur du génie de Darwin.

TAMBOURINER

La tige ou tige a pour fonction à la fois de soutenir la plante et d'agir comme intermédiaire entre les racines et la fleur pour assurer un écoulement constant dans les deux sens.

Il y a des orchidées avec des tiges et des orchidées sans tiges.

Parmi les ORCHIDÉES À TIGE, nous nous souvenons Cattleya, Dendrobium, Phalenopsis, Vanda, Oncidium.

Parmi les ORCHIDÉES SANS TAMBOUR on se souvient Phaphiopedilum, Pleurothallis et Masdevallia, Juste pour en nommer quelques-uns.

À leur tour, les orchidées peuvent avoir la tige qui se développe:

AVEC CROISSANCE VERTICALE: appelée tige monopode (des exemples sont la sonophalénopsie, Vanda, Angraecum) avec une seule tige qui pousse verticalement et n'a pas de pseudobulbes.

Les fleurs poussent près de l'apex entre les feuilles.

AVEC CROISSANCE HORIZONTALE: appelée tige sympodial (des exemples sontCattleya, Cimbidium, Dendrobium etc.) qui ont une sorte de rhizome qui pousse horizontalement d'où émergent des tiges verticales appelées pseudobulbes.

Les fleurs peuvent germer ou au-dessus des pseudobulbes (par exemple. Encyclie) ou à leur base ou par la pseubobulbe elle-même (par ex. Érié).

La variabilité de la forme des différentes orchidées dans la nature est dictée par le fait qu'elles doivent souvent vivre dans des conditions extrêmes. Cela signifie que les orchidées appartenant au même genre ont adapté leurs organismes de manières extraordinairement différentes. Voici quelques exemples:

Dendrobium cucumerinum (photo ci-dessous) qui a transformé ses feuilles en espèces de saucisses pour accumuler des réserves d'eau pour survivre aux périodes de sécheresse.

Dendrobium sénile (photo ci-dessous) dont la tige est recouverte d'un duvet épais qui sert à la plante pour limiter la transpiration et donc la déshydratation.

FEUILLES

Les feuilles peuvent être disposées de différentes manières dans la plante. Ils sont généralement alternés dans la tige et la forme peut être très variée: elliptique, lancéolée, linéaire, triangulaire, etc. Ils sont souvent charnus et dans ce cas ils prennent la fonction d'organes de réserve pour les périodes de repos végétatif.

LES RACINES

Les racines des orchidées sont différentes selon le genre. Voyons en détail:

Orchidées avec seulement des racines aériennes

(orchidées épiphytes) qui poussent attachés aux arbres qu'ils utilisent comme support. Les racines sont pendantes et ont la particularité d'avoir une sorte de capuchon dans la partie terminale et sont recouvertes d'un tissu spongieux appelé velamen qui, avec la chlorophylle, photosynthétise et absorbe la vapeur d'eau de l'atmosphère.

Les genres d'orchidées épiphytes les plus connus et les plus cultivés sont: Cattleya, Vanda, Odontoglossum.

Orchidées fermes et profondément enfouies dans le sol

(orchidées terrestres) répandu dans les climats tempérés, où les racines sont fermement enracinées dans la terre et à travers elles, la plante absorbe les nutriments.

Dans les orchidées terrestres, on appelle des formations tubercules formé par le soudage de certaines racines que l'on peut trouver à la fois noires lorsqu'elles nourrissent la pousse de l'année et blanches lorsqu'elles sont destinées à fournir des nutriments à la pousse de l'année suivante.

Des exemples typiques sont: Cymbidium, Cypripedium, Paphiopedilum.

Ensuite, il y a les formes intemedie qui sont des orchidéessemi-épiphytes, plantes qui vivent sur les branches et les troncs d'autres plantes ou à comportement lithophyte qui vivent sur des rochers recouverts d'une fine couche de fragments végétaux, de mousses et de lichens qui ont

racines qui sont quelque part entre les deux

entre les épiphytes et les terrestres.

Les exemples classiques d'épiphytes sont les Phalaenopsis, Dendrobium, Vanda etc. alors que par exemple le Cattleya, il peut être épiphyte ou semi épiphyte.

Puis on se souvient des orchidées qui vivent en parasite

qui sont ceux sans chlorophylle qui mènent une vie hétérotrophe (qui se nourrissent de matières organiques présentes dans l'environnement) comme les champignons au détriment de l'humus ou des matières du sol. Certains ont des racines infectées par des champignons, d'autres comme Corallorhiza ils sont sans racine, leur rôle est assumé par les ramifications coralliennes du rhizome.

Vidéo: Comment entretenir et faire refleurir une orchidée.