Divers

Connaître le sol de son jardin, sableux, fertile, calcaire,

Connaître le sol de son jardin, sableux, fertile, calcaire,


Connaître le sol de son jardin, Pourquoi ?

Connaître la nature du sol de son jardin offre de nombreux avantages. En fonction des caractéristiques du sol, il sera plus ou moins facile de cultiver au potager – ou de planter au jardin ornemental – telle ou telle variété de plante ou tel ou tel type de légume. Plus précisément, la nature du sol pourra avoir un impact sur le choix des cultures ou des plantes à cultiver.

Le sol du jardin est le point de départ des cultures et des plantations. Le sol est le support dans lequel elles vont s’installer, se développer, croître grâce aux éléments nutritifs qu’elles vont y puiser, grâce bien sûr aussi à l’eau et à l’air.
La terre c’est le vivant, de ses caractéristiques vont alors dépendre la capacité des plantes à s’y adapter, s’y nourrir et à s’y développer.

Connaître la nature du sol vous permettra donc de choisir les bonnes variétés à cultiver, de savoir comment travailler et entretenir ce sol. Cela vous permettra également de savoir ses manques, ses qualités et ses défauts et comment vous adapter et adapter les cultures à ses caractéristiques.

Connaître le sol de son jardin :passage en revue des types ou natures de sols

Sol Argileux :

Les sols argileux sont lourds et deviennent collants dès qu’ils s’imprègnent des eaux de pluie. Au contraire lorsqu’ils sont secs, ils deviennent très durs et se fendillent rapidement en cas de sécheresse.
Contrairement aux sols calcaires qui perdent rapidement l’eau, les sols argileux la conserve, il en va de même pour les nutriments. Les sols argileux sont donc très compacts et ont tendance à s’engorger et empêcher l’évacuation de l’eau, créant de grandes poches en surface qui peuvent nuire aux cultures en cas de pluies abondantes et répétées.
Les sols argileux, en étant amendés, peuvent apporter un très bon rendement au potager notamment, mais ils empêchent toutes cultures qui nécessitent de la profondeur compte tenu de leur densité et de leur dureté à l’état sec.

Sol calcaire :

Un sol calcaire est de teinte claire, parfois même blanchâtre, crayeux. C’est un sol assez léger et friable en général. Les sols dont la proportion de calcaire est importante sont très perméables à l’eau. Une fois gorgé d’eau, il se transforme rapidement en boue lisse.
Ces sont généralement des sols qui s’imprègnent et qui libèrent rapidement l’eau.
Les sols calcaires doivent être amendés, enrichis, régulièrement, car le calcaire, en forte proportion, empêche les éléments fertilisants, nourrissants, de se diffuser dans le sol, ce qui peut être un frein aux développements des cultures et des plantes en général.

Sol humifère = sol riche en humus

Les sols humifères sont très fertiles, plutôt légers, qui absorbent facilement l’eau. Ils sont de couleur sombre.
ils restent assez défaits même gorgés d’eau qu’ils conservent assez longtemps tout en étant suffisamment drainant.
Un sol humifère est facile à travailler, se réchauffe rapidement et accepte au mieux les cultures qui nécessitent de la profondeur.
À noter, un risque d’acidité selon sa composition qui peut impacter certaines cultures voire rendre impossible la culture de certains végétaux.

Sol limoneux, sol riche

Les sols limoneux sont des sols assez légers qu’on reconnait facilement car ils deviennent poussiéreux lorsqu’ils sèchent. Ils sont fertiles et très faciles à travailler. C’est l’une des nature de sols qui rend plus faciles les actions du jardinier car les plantes s’y développent particulièrement bien.
Les pluies modifient parfois sa nature, des croutes de sédiments se forment lorsque la terre sèche.

Sol sableux

Ce sont des sols granuleux, sans structure, qui ne s’agglomèrent pas. Ce sont des sols très perméable à l’eau et à l’air. Ils sont très poreuxet très faciles à travailler. L’eau ne stagne jamais.
Le sol sableux sèchent et réchauffent facilement. ils sont très drainants. Ils ne retiennent donc pas l’eau, ni les éléments nutritifs, Il faut donc les amender régulièrement pour qu’ils restent fertiles, notamment parce qu’ils sont facilement lessivés lors des grandes pluies.

Améliorer le sol de son jardin, est-ce possible ?

Connaître le sol de son jardin, c’est se poser la question différemment :

Il vaut mieux se demander quelles sont les variétés qui peuvent être cultivées dans la nature et les qualités du sol auxquels vous avez accès et élaborer votre plan de cultures.

En théorie, et même en pratique, il est tout à fait possible de corriger le sol, le rendre moins acide par exemple, ou, en allégeant ici, en fertilisant là… Mais il vaut mieux ne pas essayer de modifier substantiellement la nature du sol, avec pour but de cultiver des variétés trop peu adaptées à cette nature.

Si votre sol possède des caractéristiques particulières, c’est généralement pour des raisons naturelles et environnementales et la nature du sol, sur la durée, aura tendance à revenir à sa structure initiale.
Voilà pourquoi il vaut mieux adapter les cultures aux sols plutôt que le sol aux cultures !

Résumé

Nom de l'article

Connaitre le sol de son jardin... Pour mieux le cultiver

Description

Connaitre le sol de son jardin, sableux, fertile, limoneux, humifère, argileux, calcaire... C'est savoir comment et quoi y cultiver pour un potager ou y planter pour un jardin ornemental.

Auteur

Nom de l'éditeur

jaime-jardiner.com

Logo de l'éditeur


5 astuces pour connaître la nature du sol dans votre jardin

Pour se développer et prospérer, chaque plante préfère un certain type de sol. Suivant la nature du sol, celui-ci peut être bénéfique à la plante ou au contraire lui être néfaste. Par exemple l’orchidée vit très bien dans un sol calcaire alors que les chrysanthèmes n’y pousseraient même pas. La terre de votre jardin peut être naturellement riche et parfois, il est nécessaire de la retravailler. Cependant, il n’est pas évident pour tout le monde de savoir comment et quelle terre travailler. Faut-il ajouter du compost, du sable ou autre chose ? Mon sol est-il léger, lourd, calcaire, non calcaire ? Aujourd’hui, on vous explique tout ! Voici 5 astuces faciles pour connaître la nature du sol dans votre jardin.


Comment identifier le type de terre de votre jardin : Un sol calcaire ou acide ?

On parle ici du ph de votre sol. Plus votre sol sera proche d’un ph neutre, plus vos végétaux s’y adapteront bien. A contrario, certaines plantes s’adaptent très mal à un sol trop calcaire ou trop acide.

Vous pourrez identifier une terre acide par la présence de bruyère, de fougères, genêt à balais, petite oseille, digitale pourpre, ajonc, châtaigniers…

Quand elle la terre calcaire, elle sera plutôt composée de chicorée sauvage, ellébore, moutarde des champs, sainfoin, sauge des prés, viorme…

Comment identifier le type de terre de votre jardin : Le test du vinaigre

Le test du vinaigre va nous permettre d’identifier le ph d’un sol.

  • Une terre est acide si le ph est inférieur à 7.
  • Un sol est neutre si le ph est égal à 7.
  • Une terre est calcaire si le ph est supérieur à 7.

Pour savoir si votre terre est calcaire ou acide, versez dessus un peu de vinaigre blanc. Selon la réaction vous pourrez identifier votre type de sol :

  • Plus la réaction est effervescente, plus le sol est calcaire.
  • Si la réaction est faible, le sol est neutre.
  • S’il n’y pas de réaction, votre sol est acide.

Vous savez désormais identifier votre type de sol. N’hésitez pas à vous rendre sur Jardinet.fr pour acheter tout l’équipement pour le travailler et l’améliorer.

Articles pouvant également vous intéresser.


Connaître son sol

Pour savoir quels végétaux s'y plairont le mieux, connaître la nature du sol de votre jardin est essentiel. Cela vous indiquera également comment l'arroser et ce que vous pouvez faire pour l'améliorer. LaMaison.fr vous invite à regarder votre sol de plus près.

VISIONNEZ LE TUTO FAIT MAISON :

Support de vie et de développement, il faut d'abord connaître la nature de votre sol pour en tirer le meilleur. Composé principalement de quatre éléments, à savoir l'argile, le sable, le calcaire et l'humus (matière organique décomposée), c'est la proportion de chacun de ses éléments dans votre sol qui en déterminera la nature. De celle-ci dépendra sa capacité à retenir les éléments minéraux et à les libérer pour alimenter les plantes.

➡ Un sol argileux est naturellement riche en éléments fertilisants et retient bien l'eau des arrosages et des pluies. Les plantes n'y souffrent pas de sécheresse à condition de l'arroser régulièrement en été.

➡ Un sol sableux est perméable et bien drainé. Très facile à travailler en toutes saisons, il est cependant très pauvre en éléments fertilisants. Ce sol souffre régulièrement de sécheresse sans arrosages fréquents en été.

➡ Un sol limoneux est très fertile. Proche des sols argileux, il a une texture plus douce et se gorge moins d'eau. Il nécessite un binage régulier pour éviter une asphyxie des racines suite à un manque d'eau.

➡ Un sol humifère contient beaucoup d'humus. Facile à travailler et riche en éléments fertilisants, il est idéal pour les plantes aimant l'acidité.

➡ Un sol calcaire est un sol bien drainé. Il est adapté aux semis précoces. Gare à la sécheresse en plein été et à la boue en période de pluie.

Si votre sol est trop acide, vous pouvez utiliser des amendements minéraux comme la chaux ou les carbonates de calcium pour remonter le Ph de votre sol. Au contraire, si votre sol n'est pas assez acide vous pouvez mélanger à votre sol un terreau spécial « Plantes de Bruyères » pour remonter le niveau d'acidité.


Observer la végétation spontanée

On peut avoir une idée de la nature d’un sol rien qu’en observant puis en identifiant les plantes sauvages qui y poussent naturellement. En effet les plantes se sont adaptées à des situations variées. Une application comme PlantSnap peut vous aider à identifier les végétaux de votre jardin. Voici quelques exemples de plantes indicatrices qui désignent le type de sol auquel on a affaire :

  • ✓ Terre à tendance argileuse, lourde, collante: présence de prêle, jonc, liseron, chiendent, spirée des prés, carex, saule, bouleau, frêne, etc.
  • ✓ Terre contenant en excès de l’azote: présence d’ortie bien drue, aux feuilles vert-foncé.
  • ✓ Terre de jardin de bonne qualité: présence de ronce.
  • ✓ Terre compactée: présence de plantain majeur, chiendent, liseron, etc.
  • ✓ Terre acide: présence de bruyère, callune, fougère aigle, petite oseille, genêt, ajonc, arbousier, bouleau, châtaignier, etc.
  • ✓ Terre siliceuse, drainante, pauvre en humus: présence de bette maritime, fétuque rouge, lavatère arborescente, plantain corne de cerf, genêt à balai maritime, etc.
  • ✓ Terre calcaire: sainfoin, thym, hellébore fétide, buis, genévrier, chêne vert, etc.

Ainsi, herbes spontanées, arbustes et arbres nous renseignent sur l’état physique, chimique et biologique du sol. Ces végétaux nous indiquent, par leur présence, la nature du sol, ses atouts et contraintes et donc les plantes qui lui conviennent le mieux.


Enrichir son sol de permaculture

Quelque soit la nature initiale de votre sol, pas de panique ! L’apport régulier de matière digestive ( compost, engrais vert , légumineuses , etc.) transforme toujours positivement la structure des terres, même les plus difficile ! Créer un sol riche et fertile avec ces méthodes.

Vous avez un intérêt à travailler avec l’arbre, plante pérenne qui nécessite peu d’entretien et fournit une grande quantité de matières organiques. Son système de racine permet de stabiliser le sol et d’aller chercher en profondeur les minéraux et autres nutriments que les feuilles resteront généreusement à votre terre.

Corriger le pH d’une terre :

Pour une terre acide : les sols acides manquent de calcium. Une solution est d’ajoutez du compost pour champignon de couche. Vous pouvez réaliser un amendement de calcaire , ou apporter 2kg de lithothamme à l’automne et fin hiver, éviter la chaux car elle élimine les matières organiques.

Pour une terre calcaire : Elle est plus dur à acidifier. Vous apporterez régulièrement du compost ou de la tourbe blonde acide, de la sciure de bois compostée, de l’écorce de pin ou du terreau d’aiguilles de pins.

Ne pas faire varier le pH de plus d’1 point par an.

Vous avez tous les conseils pour prendre soin de votre terre !